ENI : l'écran numérique interactif de l'école Descartes

Entretien avec une enseignante 4.0


Nous sommes allés rencontrer la première classe de l'école Descartes équipée  d'un tout nouveau écran numérique interactif (ENI) de la marque Speechi, acquis par la municipalité en tout début d'année 2023.

A l'initiative d'une enseignante particulièrement motivée par les perspectives offertes par cette technologie, par ailleurs largement éprouvée dans d'autres contextes (écoles, entreprises,...), les élus en charge des affaires scolaires et du développement numérique ont procédé par étapes :


  1. un entretien préalable avec un groupe d'enseignants de l'école a permis de mesurer les enjeux de ce besoin, et de distinguer une solution parmi les offres disponibles sur le marché,
  2. une présentation du produit réalisée in-situ à la mairie par le représentant régional de la marque a permis d'en mesurer toutes les qualités et de conforter le choix d'un modèle en particulier.

Installé par les services techniques sans aucune difficulté, l'ENI a pris la place du traditionnel tableau blanc, relégué à ses cotés pour le coup. Le choix d'un modèle offrant une diagonale de 75' (1,90 m quand même !) visait à garantir un confort visuel adapté à la taille de la classe : l'expérience prouve que c'est le bon choix.


L'ENI a été présenté brièvement dans la Gazaytte du mois d'avril, à l'occasion de sa présentation à Madame le Maire et à l'adjointe en charge des affaires scolaires.


Nous avons donc été interviewer Me DEPREDURAND, en charge de la classe des CM1, sur les aspects pédagogiques et pratiques de ce tout nouvel équipement ; un échange riche qui a duré plus d'une heure, duquel nous avons retenu quelques points essentiels à partager. 


L'ENI, de quoi s'agit-il concrètement ?

L'écran numérique interactif choisit ressemble beaucoup à une tablette géante, pour son coté tactile tout d'abord, mais aussi et surtout par la netteté et la qualité des couleurs. Pas de projecteur ni d'écran blanc, il s'agit avant tout d'un dispositif permettant d'interagir avec des ressources numériques (images, plans, animations, etc.). L'enseignant peut utiliser la connexion Internet intégrée (pour aller chercher des ressources en ligne), mais également connecter son propre PC pour travailler avec des ressources préparées par ses soins. Les travaux commencés peuvent être enregistrés pour une reprise ultérieure ; c'est ainsi très simple de revenir sur une leçon quelques jours après, pour la valider ou la compléter.



ENI retour sur la dictée de la veille


Comment les enfants perçoivent ils cette nouveauté ?

Sans surprise, les enfants se sont appropriés ce nouvel outil avec une simplicité et un enthousiasme immédiats. Pour eux, le sentiment d'utiliser une tablette géante est implicite, d'autant qu'ils ont l'habitude d'utiliser les équipements de la classe mobile également basée sur des tablettes. Pour autant, les crayons et les stylos ne disparaissent pas de leur panoplie d'écolier : l'ENI est essentiellement un outil de travail collectif, voir collaboratif, qui permet de préparer les travaux individuels (ou par petits groupes) sur papier. 

Du point de vue de l'enseignante, l'ENI apporte un coté ludique qui relance la motivation des élèves face à des exercices traditionnellement fastidieux (la dictée prend par exemple une nouvelle dimension, beaucoup moins stressante pour certain(e)s). Dans certains cas, les élèves peuvent même s'enregistrer en situation, pour revoir ou reprendre des points en autoanalyse. 

D'une manière générale, l'ENI permet d'aborder des modalités pédagogiques classiques sous un jour nouveau, particulièrement apprécié par des enfants habitués aux outils numériques de la dernière génération.




Quel est l'investissement pour l'enseignant, quels changements amène l'ENI ?

Me DEPREDURAND ne nous l'a pas caché : travailler pour la première fois avec un tel équipement nécessite un investissement personnel important pendant les premiers temps. La prise en main est très facile, d'autant que l'outil est pensé pour être intuitif et pour faciliter le travail de l'enseignant ; il intègre également un logiciel (IOLAOS)  qui permet de préparer, d’animer tous les cours avec des présentations interactives, et d’annoter toute application Windows. Très pratique, Iolaos permet de sauvegarder les travaux ainsi que toutes les notes prises durant le cours ou la réunion, puis de les partager ou de les réutiliser ultérieurement.

Les ressources en ligne sont désormais nombreuses et facilement accessibles, et le travail avec un stylet directement sur l'écran est parfaitement adapté à la grande majorité d'entre elles.




Quelles perspectives offre l'ENI dans un futur plus ou moins proche ?

Immédiatement, l'utilisation de l'ENI a apporté des nouveautés fabuleuses : l'utilisation du visualiseur, qui permet de projeter l'image d'un objet placé sous une mini caméra est une petite révolution. Il permet de partager un document papier, d'examiner un échantillon, etc. et de travailler sur le sujet en petits groupes. La caméra intégrée à l'écran permet même d'envisager une capture du cours pour le partager avec un(e) absent(e). 




Toutes les subtilités de l'ENI ne sont pas encore connues par l'enseignante, qui découvre quotidiennement des fonctionnalités aptes à ouvrir de nouvelles modalités pédagogiques ; elle se constitue par ailleurs une base de ressources qui s'enrichie rapidement, et posera rapidement la question du stockage et du partage, facilité aujourd'hui par le Cloud vers lequel les aspirations numériques de la municipalité se tournent.




Conclusion...

L'investissement dans ce nouvel outil au sein de l'école élémentaire, sérieusement préparé avec l'équipe enseignante, est perçu comme une réussite par la collectivité. Passé l'engouement pour la nouveauté, les enfants ont confirmé leur enthousiasme et l'enseignante se réjouit de la facilité et de la motivation avec lesquels sa classe continue de l'exploiter. Elle invite d'ailleurs les parents qui le souhaitent à prendre rendez-vous pour le découvrir in-situ, en complément des échanges habituels. 

Du point de vue de l'équipe municipale, c'est une première expérience qui est appelée à se renouveler  car les autres enseignants se montrent également très intéressés. 


Et pour Lisa (élève de CE1), qui s'est prêtée au jeu des tests durant toute l'interview, la conclusion est sans appel : "j'ai trop envie de passer en CM1 !!".

La question qui peut se poser, comme une évidence, est la suivante : ayant goûté à l'ENI, comment un enseignant pourrait-il s'en passer si d'aventure il ou elle devait aller enseigner dans une école où il n'y en a pas ?...


Partager cet article
Étiquettes
Archiver
Mécénat